Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Maurice MONTET
  • Maurice MONTET
  • : Site officiel du peintre Maurice MONTET. Pour découvrir ou redécouvrir l'oeuvre de ce peintre français (1905-1997) originaire du Rhône, s'incrivant dans la lignée du courant impressionniste.
  • Contact

Quelques mots...

 

Maurice Montet, présent sur le net depuis le 21 août 2006, aurait-il un jour imaginé se retrouver, lui et son oeuvre sur le net ? Petit fils parmi ses nombreux petits enfants, je m'emploie ainsi que tous les membres de l'association éponyme, à faire connaître et valoriser l'oeuvre immense de l'artiste qu'était mon grand père. A ce jour plus de 5 200 oeuvres picturales sont recensées ! Et le travail de recherche se poursuit ! J'ai l'ambition de faire vivre cette grande richesse, aujourd'hui disséminée dans le monde entier sur cet incontournable médium qu'est devenu internet.

 

Aujourd'hui, le site comptabilise plus de 16 800 visites, correspondant à plus de 90 300 pages visitées ! Profitez de l'exposition thématique consacrée au "coup de crayon" de Maurice Montet avec 69 oeuvres inédites à découvrir. Ne ratez pas la rubrique "témoignages"  qui compte 16 contributions pour découvrir plus finement qui était "le maître de Thizy" (expression d'Armand LANOUX).

 

Et si vous possédez des oeuvres non répertoriées de Maurice Montet, faites vous connaître en contactant l'association afin qu'elles puissent être prises en compte pour le catalogue raisonné actuellement en chantier. 

 

La structure du site étant interactive, livrez-nous votre ressenti en cliquant dans "ajouter un commentaire" (voir en bas de chaque article) !

Et pour transmettre des photos de tableaux, merci de les adresser à l'adresse suivante : rene.montet@orange.fr - merci d'avance de votre précieuse collaboration !

 

A bientôt... sur le site et bonne visite ! :)

 

Bien cordialement,

 

Stéphane MONTET

 
PS : soyez les bienvenus sur "Universall", site personnel de photographie.
 


IMG 5540 

Bon à savoir !

NOUVEAU !!! NOUVEAU !!! NOUVEAU !!! NOUVEAU !!!

 

 

EXPOSITION TEMPORAIRE :

Depuis le 14 octobre 2015, après les autoportraits de Maurice Montet, le cirque, la Nature, le voyage, la fête, les cafés, les portraits et la nuit, voici une nouvelle exposition temporaire consacrée au "coup de crayon" de Maurice Montet et la nuit, à travers 69 oeuvres.

 

TELEPHONE MOBILE :

Votre blog en version mobile ! Vous pouvez consulter votre blog depuis votre mobile ! Votre blog est optimisé et compatible avec tous les téléphones du marché. Vous pouvez consulter votre blog directement à l'adresse suivante :

http://mauricemontet.over-blog.com/m/

 

VIDEO :

A noter également au chapitre du multimédia, une vidéo de René Montet qui nous explique l'alpha et l'oméga de l'association Maurice Montet (rubrique "l'association").

 

13 avril 2007 5 13 /04 /avril /2007 17:54

 

 

Une démonstration que n’est pas muse qui veut et que l’être n’est pas de tout repos, surtout quand l’artiste sait se révéler intransigeant et colérique…

 

Tous mes frères et sœurs ont posé plus ou moins souvent  au cours de nos jeunes années. Cependant, je ne crois pas me tromper en estimant que pour le nombre de fois, j’arrive en tête de la fratrie. A cette époque, j’étais très mince et ce n’est pas un hasard si l’on me surnommait « la sauterelle », « l’arbalète » ou encore la « larmuse ». Ma ligne filiforme et mes longs cheveux devaient inspirer « le Maître », de même que les diverses poses que je prenais tout naturellement. Je l’ai même entendu dire une fois à ma mère, alors qu’il m’avait demandé de prendre l’attitude d’un personnage marchant, un bâton à la main : « elle a du grain quand même, elle pige tout de suite ! ». Tout lui paraissait bon à croquer ! Que ce soit en faisant un devoir ou encore en apprenant une leçon… Mais le plus souvent, c’était à l’occasion des « bains de pieds ». A cette époque, nous n’avions pour faire notre toilette qu’une minuscule « souillarde » dont l’exiguïté ne permettait pas que l’on puisse mettre une bassine à terre pour y faire trempette... Alors, il fallait « trimballer » tout l’attirail au beau milieu de la cuisine en espérant qu’aucun opportun ne vienne déranger. Mon père sortait le carnet de croquis de sa poche et la mine de plomb, le fusain ou la sanguine, tenus d’une main sûre, courait sur le papier, ébauchant une étude qui, plus tard, serait reproduite sur toile. En principe, ces séances ne duraient pas longtemps, c’est lorsque je voyais arriver chevalet, chassis, tubes et pinceaux que les poses étaient beaucoup plus longues et pénibles à tenir. Des crampes se faisaient sentir dans les jambes ou les bras. S’il s’agissait d’un portrait, il fallait en permanence fixer le peintre. Bientôt les paupières devenaient lourdes et il fallait lutter contre le sommeil, les épaules s’affaissaient naturellement et l’on était envahi de fourmillements un peu partout. Chaque moindre relâchement était sanctionné d’une remontrance. Alors, « le modèle » sursautait et reprenait aussi bien que possible la pose initiale... La répétition et la durée rendaient ces séances difficilement supportables.

 

Autre témoignage de Jeannine MONTET :

Lorsque Maurice MONTET met « système  débrouille » et talent à profit pour le plaisir de ses tout petits...

 

 

 

 

 

 

L’argent manquait cruellement à la maison. Une année, je me souviens que pour Noël, notre Père avait réalisé des jouets en bois pour les plus petits. Je revois entre autre un petit train peint en vert avec sa locomotive et ses deux wagons. Ou bien encore ces trois petits cochons formés au tour à bois, bien laqués en rose et qui brillaient comme des « sous neufs ». C’était peut-être très modeste comme cadeau, mais certainement du bonheur assuré pour les enfants en cette nuit magique. De ses doigts, notre Père pouvait faire tout ce qu’il voulait. Chaque fois avec les moyens du bord, c'est-à-dire sans aucune dépense mais avec tellement d’ingéniosité ! Par exemple pour le patronage dont je faisais partie, je devais apporter quelque chose qui devait avoir trait au voyage. Il confectionna alors une roulotte d’une vingtaine de centimètres dans un carton souple ; y découpa portes, fenêtres et volets ; fabriqua des marches en bois, genre échelle de meunier, le tout agrémenté de quelques coups de pinceaux. Des roues naquirent de lino à graver assez épais. De chaque côté de cette roulotte, sous l’arrondi de la toiture, un fil de fer habilement tordu imita deux appliques en fer forgé. Au bout de l’une d’entre elle, il accrocha un récipient qui n’était autre que le bouchon d’un tube contenant des comprimés au nom toujours très connu. Sur les escaliers, il campa un gitan au visage superbement sculpté dans un marron d’inde. L’armature métallique des bras et des jambes se dissimulait sous une chemise en tissu jaune d’or et un pantalon de toile noire. Hélas ! Il n’y avait pas de cheval ! Je n’étais pas peu fière d’emporter cet objet au « patro’ ». Je l’ai d’ailleurs conservé bien longtemps par la suite. 


 

 

 

Notre Père réalisa également pour notre Mère deux ou trois petites boîtes de différentes tailles  avec leur couvercle en bronze ouvragé destinées à préserver poudre de riz et fard à joues. Il réalisa tant d’autres créations, alliant la dextérité manuelle à la conception artistique.

 

 

 

 

Plus tard, de notre sous-sol naquirent des vitraux de dalles de verre aux couleurs chatoyantes. Là encore*, Lucien (BERERD), son gendre sera son assistant, n’hésitant pas à se lever la nuit pour humidifier le béton afin de le refroidir, lorsque la prise était trop rapide.

 

 

 

 

Tous ces petits chefs d’œuvre prirent place dans des églises, restaurants, coopératives viticoles ou encore chez des particuliers. Le temps ne comptait pas, c’était de l’artisanat au service de l’ART.
__________________________________________________________________

* Lucien BERERD, marié à Jeannine, assista souvent Maurice MONTET avec qui il partageait la passion de la peinture. Lui-même peignit, notamment des paysages enneigés. Il l’assista notamment à la forge où Maurice MONTET créa des œuvres en fer forgé.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphane MONTET - dans Témoignages
commenter cet article

commentaires